Face aux vagues départs en retraite, le domaine de transport routier envisage d’effectuer des embauches. Il pense plus féminiser ce domaine. L’alternance est l’une des choses que l’on ne peut éviter lorsqu’il s’agit de transport et de logistique. Les formations en transport de fonds et de valeurs ne se réalisent que par l’intermédiaire de l’alternance.

Comment se font les recrutements ?

Contrairement aux idées reçues, le domaine du transport n’est pas totalement composé que de conducteurs. Cela étant dit, il faut quand même en recruter tous les ans 30 000 nouveaux. Les recrutements dans le secteur du transport se font à des niveaux de Bac+2 en tant que technicien supérieur en méthode et exploitation logistique, ou à Bac+3 pour le métier de responsable en exploitation logistique. Pour les conducteurs, ils sont recrutés en fonction de leurs CAP (certificat d’aptitude professionnelle). Les opérateurs logistiques seront formés au niveau de bac à bac+2 mais les fonctions d’encadrement de proximités sont couvertes par des personnes disposant d’un DUT (diplôme universitaire de technologie) ou d’une licence professionnelle ou même des formations à des niveaux de bac+3. Pour ceux qui ont des diplômes de niveau bac+4 et bac+5, le poste de responsable d’agence, responsable de production ou commerciaux sont faites pour eux.

Des projets futurs de l’alternance en matière de recrutement

L’OPTL pense que le domaine du transport routier devra envisager un renouvèlement au niveau du personnel. Un salarié sur trois ayant 50 et plus devront être remplacé. Cela devra se faire d’ici une dizaine d’années. Le transport ferroviaire quant à lui connaît un recrutement de plus de 4000 alternants chaque année par la SNCF. Tous ayant des diplômes en master de l’école d’ingénieurs ou un CAP. Les formations seront à la charge du CFA du secteur de transport ferroviaire, CFA (centre de formation d’apprentis), en île de France.